Translate

L'École Shin Dō Aïki Ryu, l'esprit Budō.

Cette École de Budō a été fondée par Marc Senzier, enseignant professionnel actuellement 4° Dan Aïkikaï, 5° Dan Aïkido et 3° Dan de Iaïdo. Elle regroupe les clubs de Castries (Aïkido Club), Castelnau le Lez (Kihon Gi Budo Kaï) et St Mathieu de Trèviers (Aïkido Foyer Rural) situés dans l'Hérault en France.

Aïki Ryu se traduit par "École Aïki", le kanji Shin est celui de" l'esprit divin " et Dō est la Voie, dans le sens du cheminement que nous pouvons accomplir dans notre vie afin d'accorder notre moi profond avec notre essence. Shin Dō Aïki Ryu implique donc une progression sur soi-même en parallèle de l'étude technique des principes de l'Aïki. Ces principes se retrouvent bien entendu dans l'Aïkido, mais aussi dans la manière d'aborder les autres disciplines proposées.


À l'origine, les disciplines martiales n'étaient pas cloisonnées comme elles le sont aujourd'hui par un système sportif fédéral. La formation dans un Ryu (école martiale japonaise) demandait un engagement total de la part du pratiquant. L'élève apprenait les techniques de Taï-Jutsu, techniques de combat à mains nues, ainsi que l'utilisation de différentes armes, du sabre court à la lance utilisée en arme de pique, en passant par le Bô, bâton long. Le tir à l'arc, le lancer d'armes de jet comme le Shuriken, l'équitation ou la nage étaient au programme tout comme les techniques de projection et de désarmement. Le Budō était un tout et était souvent lié à une pratique philosophique ou religieuse. C'est pourquoi de nombreux Ryu au japon sont liés à des temples.

Aujourd'hui, le sport a brisé la nature de beaucoup de disciplines du Budō. De nombreuses techniques ne sont plus travaillées ou permises parce que trop dangereuses ou amenant à une disqualification en compétition : l'art martial est devenu un sport de combat, et l'art martial n'est plus.

Si l'on recentre la pratique martiale avec la volonté non pas devenir le meilleur, mais de devenir meilleur et de progresser encore, un état d'esprit naît et nous reconnecte avec l'essence même du Budō : l'art martial devient voie martiale. La voie du Budō est une voie difficile mais c'est une voie de réalisation de l'Être.

L'École propose la pratique de plusieurs disciplines martiales :

Aïkido Aïkikaï :
L'Aïkido est un art martial japonais récent créé en 1942 par Ô Senseï Moriheï Ueshiba. La pratique proposée par l'École est fidèle au Hombu Dojo de l'Aïkido au Japon dirigé par l'actuel Doshu Moriteru Ueshiba.
Les techniques utilisées ont été conçues pour se dégager d’une agression contre une ou plusieurs personnes. Elles ont pour finalité le respect de l’intégrité physique de l’attaqué comme celle de l’attaquant. Ainsi les techniques ne sont pas appliquées dans le but de blesser l’autre, cet aspect est majeur dans la philosophie de l'Aïkido. Cependant la limite entre efficacité des techniques et bienveillance de celui qui les applique reste fragile. Il est alors important de comprendre et d’appliquer scrupuleusement, sans utiliser la force physique et brutale, les consignes du professeur. L'Aïkido Aïkikaï est riche et varié, chaque expert apportant un éclairage différent tant sur les techniques que sur les principes fondamentaux.


Aïki-Ken :
L'Aïki-Ken (littéralement: le sabre Aïki) est la pratique du Bokken ou Bokuto, sabre de bois, dans l'esprit de l'Aïki. Le contenu proposé par l'école se compose de Kihon, mouvements fondamentaux, enrichis par des Kata, formes codifiées appelées aussi Kumi-Tachi, issus de différentes écoles ou traditions.
Une partie de l'étude, appelée Tachi Dori (Tachi = sabre et Dori = prendre) consiste à désarmer le partenaire de son sabre avec des mouvements de projections suivis d'un contrôle et parfois d'une immobilisation.
Ken-Jutsu :
Très proche de l'Aïki-Ken, le Ken-Jutsu est la pratique du Ken (Ken = sabre, épée). Il existe au Japon de nombreux Ryu (École) de Ken-jutsu. Pour n'en citer que quelques unes : Katori Shin To Ryu, Ono Ha Itto Ryu, Shin Kage Ryu, Kashima Shin Ryu.


Le Ken-Jutsu est souvent nommé comme ancêtre du Kendo (littéralement Voie du Ken), les choses ne sont pas si simples. Le Kendo moderne utilise l'armure comme protection et protège donc les parties du corps servant de cible aux attaques : le ventre (Do), les poignets (Kote) et la tête (Men). La plupart des écoles de Ken-Jutsu, au contraire, ont adapté les techniques de combat en fonction des zones les plus faciles à couper, que le partenaire soit en armure ou non. Aussi, les coupes se font sur les parties fragiles du corps ou des armures, comme les articulations (coudes, genoux, poignets, aisselles, nuque).
Shin Dō Aïki Ken-Jutsu propose une étude de Kihon et Kata, mais aussi une partie Shiaï, combat de compétition, où le pratiquant revêt l'armure de Kendo afin de vérifier l'adaptabilité des techniques apprises à des attaques spontanées et non retenues.


Aïki-Jo :
L'Aïki-Jo (Jo = bâton) est la pratique du Jo dans l'esprit de l'Aïki. Le contenu proposé par l'école se compose, au même titre que l'Aïki-Ken, de Kihon, mouvements fondamentaux, enrichis par des Kata, formes codifiées issues de la tradition Aïkido. Si l'étude fait référence à l'Aïki-Jo de feu Senseï Saïto (Takemusu Aïki), elle se compose aussi d'éléments reçus par Marc Senzier auprès de différents experts.
Shin Dō Aïki-Jo est alors une étude qui offre les bases d'une pratique rigoureuse avec l'étude répétée des Kihon, ce qui permet d'appréhender tout autre style d'Aïki-Jo.
Une partie de l'étude consiste à projeter, à immobiliser ou à désarmer le partenaire de son bâton. Une autre partie de l'étude, consiste à travailler avec un partenaire muni d'un Ken, où l'on retrouve la base du maniement du Jo lors d'un combat contre le sabre. Cette partie s'appelle Ken Taï Jo.


Iaïdo :
Le Iaïdo (littéralement Voie de l'Unité de l'Être) est l'art de dégainer spontanément en coupant. Le protocole japonais est très strict et varie selon les Écoles. " Sété Iaï " est le tronc commun des Écoles de la Zen Nippon Kendo Renmei, ZNKR, la fédération de Kendo de tout le Japon à laquelle est rattachée le Iaïdo. Ce tronc commun sert à l'évaluation des grades officiels de Iaïdo en France jusqu'au 3° Dan. Au delà une connaissance des Kata des Écoles anciennes appelées Ko-Ryu est nécessaire. "Sété Iaï" comprend 12 Kata composés de 4 Kata à genoux et de 8 debout.


Aïki-Kenpo :
C'est l'application d'atemi " pieds-poings " dans l'esprit Aïki. Les possibilités sont aussi nombreuses que variées et se combinent avec les techniques classiques de l'Aïkido. Aïki-Kenpo révèle une dimension martiale de la pratique classique.


Aïki-Taïso :
l'Aïki-Taïso (littéralement Gymnastique de l'Aïki) comprend les mouvements de préparation et d'échauffement de l'Aïkido ainsi que des Kihon ou Fondamentaux. Plusieurs aspects sont abordés en Aïki-Taïso : le corps, le souffle, la " technique corporelle " qui donnent accès au Ki (énergie).
Aïki-Taïso propose une pratique individuelle et avec partenaire. Aïki-Taïso est par elle-même une voie à part entière et il n'est pas nécessaire de pratiquer l'Aïkido pour réaliser et approfondir le travail proposé qui mène vers une utilisation adaptée et harmonisée du corps et du mental.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire